ELKOST International Literary Agency

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le livre à emmener à la plage - hebdoscope, 19/07/2014 (French)

E-mail Print PDF

Le livre à emmener à la plage
juillet 9, 2014
Ludmila Oulitskaïa, le chapiteau vert
Chez Gallimard

Ce roman magnifique raconte l’histoire de trois amis : Ilya, Sania et Micha qui, en plus d’être les souffre-douleurs de leurs camarades, sont à l’opposé de cet homo sovieticus que le régime tente d’édifier et de promouvoir dans ces années 50 qui suivent la mort de Staline. Nos trois héros vont faire de cette différence une force colossale, transformant leur vie en combat, celui de la dissidence.

Avec cette fresque monumentale s’inscrivant dans la même veine qu’un Vassili Axionov, l’auteur de Sonietchka (Prix Medicis étranger) célébrée en Russie et opposante au régime de Vladimir Poutine, nous emmène au plus profond de l’âme russe moderne où l’homme affronte la fatalité, un empire totalitaire et une société qui tente en vain de l’écraser, de l’atomiser.

Dans cet URSS contrôlée par un KGB tout puissant qui traque les samizdats, ces écrits clandestins de la dissidence, Ludmila Oulitskaïa a construit des personnages attachants et détestables notamment Micha, sorte de Soljenitsyne romancé. Ce roman est un hymne à la culture, à la littérature et à l’art mais également un cri d’amour à l’amitié que rien ne peut détruire, pas même le totalitarisme.

La dissidence avait ses martyrs, ses essais, ses prix Nobel. Avec le chapiteau vert, elle a désormais son roman.

Par Laurent Pfaadt

Edition hebdoscope 1009, juillet 2014