ELKOST International Literary Agency

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Olivier Adam, Ludmila Oulitskaïa, Jean Teulé… Première sélection des bons crus littéraires de l'hiver (on Daniel Stein, Translator) - METRO FRANCE daily, 07/01/2009 (in French)

E-mail Print PDF
http://www.metrofrance.com/x/metro/2009/01/07/16brkjopdkRbI/index.xml



D'histoire et d'autres
Olivier Adam, Ludmila Oulitskaïa, Jean Teulé… Première sélection des bons crus littéraires de l'hiver.


Ludmila Oulitskaïa
Daniel Stein, Interprète
Gallimard
514 p; 26€

Il est souvent besoin de "petites" histoires pour appréhender la grande. Histoire des totalitarismes, Histoire des religions du livre (judaïsme, christianisme), grandes questions théologiques ou grandes histoires d'amour …. Le dernier roman de la romancière russe est un patchwork de voix, un collage de noms, de personnages, de vérités.
KGB sous Brejnev, leçons sur les origines du judaïsme et du christianisme, récit des totalitarismes qui ont saigné le XXe siècle, correspondances personnelles narrant les joies et malheurs d'une vie… Le roman foisonne, enserre par la multiplicité des angles de vue, un sujet, réel et fantasmé: le frère Daniel Stein, né en Pologne en 1922 et mort en Israël en 1995. "Son destin est exceptionnel à plus d'un titre : il échappe miraculeusement à la déportation en se faisant passer pour un Allemand, puis se convertit au catholicisme, avant de s'installer en Israël dans un monastère près d'Haïfa."
" Je transforme les noms, j'introduis des personnages à moi, imaginaires ou à moitié inventés, je change tantôt le lieu de l'action, tantôt les dates, mais je tiens fermement les rênes, je m'efforce de ne pas partir dans tous les sens. C'est-à-dire que la seule chose qui m'intéresse, c'est la véracité absolue du récit". Vaste sujet que ce personnage, qui au gré de l'Histoire, de son histoire est parvenu "par son corps" à repousser les clivages identitaires, théologiques, nationaux. "Le gouffre qui sépare le judaïsme du christianisme, Daniel l'avait recouvert de son corps", interprète t'elle.
Ludmila Oulitskaïa, écoute, cherche, tâtonne. Rêve, réenchante, réécrit. Moussa, Hilda, Ewa, Esther ponctuent l'histoire pour que la chair et le sang imprègnent aussi l'Histoire. Qu'importe qu'ils soient réellement ou pas. Seule importe finalement la véracité du message. Le seul qui apaise son "grief envers dieu". "Croyez de la façon que vous voulez, c'est votre affaire personnelle, mais observez les commandements et comportez vous dignement". Un roman dense, vaste, entêtant tant il résume à lui seul les principaux conflits de la culture moderne. Et les voix innombrables avec lesquels ils peuvent êtres contés.

M.M